Grandes Orgues de Saint Merry

Un grand orgue français

 
 
L’orgue de Saint-Merry est parmi les plus réputés de Paris ; il garde la trace de plus de trois siècles de facture d’orgue française et demeure le témoin sonore des grands organiers parisiens : les frères de Héman, François-Henri Clicquot, Aristide Cavaillé-Coll et plus près de nous Victor Gonzalez. Les premiers, François et Jehan de Héman, installèrent de neuf le grand orgue à la tribune en 1647. Ils devaient initialement remployer une grande partie de l’ancien instrument ; mais finalement, dans le 16 pieds en montre achevé en 1651, dont nous admirons aujourd’hui encore le buffet et la façade, ils placèrent onze jeux neufs, à la satisfaction des experts qui reçurent les travaux, Pierre Chabanceau de La Barre, organiste du Roy, et Pierre Thierry, facteur d’orgues. Le deuxième, François-Henri Clicquot, facteur d’orgue du Roy, reconstruisit complètement l’instrument et l’augmenta entre 1778 et 1782. Aristide Cavaillé-Coll, au milieu du xixe siècle, présenta en 1854 un devis de réparations urgentes, d’additions et de perfectionnements. La reconstruction de toute la partie mécanique de l’instrument, « conçue sur les nouveaux principes de l’Art moderne » fut achevée en 1857. Après moins d’un siècle, Victor Gonzalez restaura de nouveau l’instrument ; là encore, en fait de restauration, il le reconstruisit de fond en comble et l’augmenta considérablement.
 

Le plus vieil orgue connu au monde (Valère, Sion en Suisse – 1390) donne une idée des dimensions du premier instrument qui se trouvait accroché dans le transept sud